Cultiver sa mémoire au quotidien

10. Réfléchir, méditer

Avons-nous besoin d’être connectés 24 heures sur 24?

Nous avons besoin de temps pour laisser émerger en nous des idées.

Nous avons besoin de temps pour être présents pour les autres et à nous-mêmes.

9. … Se parler à soi-même

Demandez-vous « Comment vais-je mémoriser cette information? » . Le simple fait de vous poser cette question vous permettra de vous concentrer mieux et vous aidera à mémoriser.

8. Prendre soin de son alimentation

L’essentiel réside dans une alimentation variée, riche en fruits et légumes. Des troubles de la mémoire peuvent découler de la prise d’une nourriture trop riche en graisses et en sucres, particulièrement à l’adolescence. En prenant de l’âge, un apport plus important de vitamine A semble nécessaire au cerveau.

Recherche sur les liens entre l’alimentation et la mémoire

7. Faire une seule chose à la fois

Se concentrer sur une seule tâche à la fois permet de s’assurer de pouvoir retenir une information qu’autrement vous pourriez ne pas lire ou ne pas écouter.

6. Prêter attention à avoir assez de …. sommeil

Dormir suffisamment est une des clés qui permet de mener une vie plus enthousiaste, plus joyeuse, plus productive. Et s’assurer  un sommeil de qualité, en quantité suffisante aura également un impact déterminant sur votre capacité à bien mémoriser.

La National Sleep Foundation américaine recommande aux adultes en activité une durée de sommeil de 7 à 9 heures.

https://sleepfoundation.org/how-sleep-works/how-much-sleep-do-we-really-need

5. Ne plus écrire de listes de course

Visualiser avec créativité ses courses avec ordre en créant une histoire.

Vous pouvez aussi utiliser la méthode des loci.

4. Ecrire un haïku

Garder le souvenir d’un instant en 16/ 17 syllabes qui se prononceront en un souffle.

Accepter quelques contraintes: un mot de saison, une césure, une touche d’humour ou de nostalgie.

Comme Shiki (1867-1902):

ごて/\と草花植し小庭かな
gotegote to
kusabana ueshi
koniwa kana
a jumble of
flowers planted—
see, the little garden!

http://www.lemonde.fr/livres/article/2009/03/26/basho-issa-shiki-l-art-du-haiku-pour-une-philosophie-de-l-instant_1172749_3260.html

Pour s’initier à l’art contemporain, regarder sur le site de la NHK World l’émission mensuelle consacrée au Photo Haïku. En ce mois de juin 2016, c’est le photo-haïku suivant qui a été choisi: 

http://www3.nhk.or.jp/nhkworld/en/tv/haiku_masters/

Capture d’écran 2016-06-17 à 14.21.01

3. Observer un tableau et en reconstituer les différents éléments le lendemain

Winston S. Churchill en parle dans son essai « Painting as a Pastime », peindre était un de ses hobbies préférés.

rc10709There is no better exercise for the would-be artist than to study and devour a picture, and then, without looking at it again, to attempt the next day to reproduce it. Nothing can more exactly measure the progress both of observation and memory.

 

 

 

 

En plus regarder avec attention pendant une dizaine de minutes un tableau qui vous inspire fera monter en vous des émotions positives.

Pourquoi ne pas vous y essayer avec ce portrait d’un général japonais de la fin du 16ème siècle HONDA Tadakatsu:

Def-Regardeurs_Portrait

 

2. Apprendre un poème (suite)

Une tradition ancienne faisait cultiver sa mémoire en faisant réciter le poème à l’envers vers par vers. Il parait que le père du Général de Gaulle imposait cet exercice à son fils enfant.

  1. Apprendre un poème … chaque jour, ou au moins un par semaine

Un exercice de comédien pour entretenir sa mémoire.

Pourquoi ne pas vous y remettre avec ce court poème de Jean Tardieu (1903-1995), la Môme Néant, extrait de            « Monsieur monsieur » publié chez Gallimard en 1951:

(Voix de marionnette, voix de fausset, aiguë, nasillarde, cassée, cassante, caquetante, édentée.)

Quoi qu’a dit?

– A dit rin.

Quoi qu’a fait ?

– A fait rin.

A quoi qu’a pense ?

– A pense à rin.

Pourquoi qu’a dit rin ?

Pourquoi qu’a fait rin ?

Pourquoi qu’a pense à rin ?

– A’xiste pas.

Qu’est-ce qu’elle dit ?

– Elle ne dit rien.

Un poème de Maurice Carême? Ce qui est comique

Savez-vous ce qui est comique ?

Une oie qui joue de la musique ,

Un pou qui parle du Mexique,

Un boeuf retournant l’as de pique ,

Un clown qui n’est pas dans un cirque

Un âne chantant un cantique,

Un loir champion olympique.

Mais ce qui est le plus comique

C’est d’entendre un petit moustique

Répéter son arithmétique.

A moins que vous ne préfériez: CET AMOUR, PAR JACQUES PRÉVERT, Paroles, Paris, Gallimard, 1946..

Cet amour
Si violent
Si fragile
Si tendre
Si désespéré
Cet amour
Beau comme le jour
Et mauvais comme le temps
Quand le temps est mauvais
Cet amour si vrai
Cet amour si beau
Si heureux
Si joyeux
Et si dérisoire
Tremblant de peur comme un enfant dans le noir
Et si sûr de lui
Comme un homme tranquille au milieu de la nuit
Cet amour qui faisait peur aux autres
Qui les faisait parler
Qui les faisait blêmir
Cet amour guetté
Parce que nous le guettions
Traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Parce que nous l’avons traqué blessé piétiné achevé nié oublié
Cet amour tout entier
Si vivant encore
Et tout ensoleillé
C’est le tien
C’est le mien
Celui qui a été
Cette chose toujours nouvelle
Et qui n’a pas changé
Aussi vrai qu’une plante
Aussi tremblante qu’un oiseau
Aussi chaude aussi vivant que l’été
Nous pouvons tous les deux
Aller et revenir
Nous pouvons oublier
Et puis nous rendormir
Nous réveiller souffrir vieillir
Nous endormir encore
Rêver à la mort,
Nous éveiller sourire et rire
Et rajeunir
Notre amour reste là
Têtu comme une bourrique
Vivant comme le désir
Cruel comme la mémoire
Bête comme les regrets
Tendre comme le souvenir
Froid comme le marbre
Beau comme le jour
Fragile comme un enfant
Il nous regarde en souriant
Et il nous parle sans rien dire
Et moi je l’écoute en tremblant
Et je crie
Je crie pour toi
Je crie pour moi
Je te supplie
Pour toi pour moi et pour tous ceux qui s’aiment
Et qui se sont aimés
Oui je lui crie
Pour toi pour moi et pour tous les autres
Que je ne connais pas
Reste là
Lá où tu es
Lá où tu étais autrefois
Reste là
Ne bouge pas
Ne t’en va pas
Nous qui nous sommes aimés
Nous t’avons oublié
Toi ne nous oublie pas
Nous n’avions que toi sur la terre
Ne nous laisse pas devenir froids
Beaucoup plus loin toujours
Et n’importe où
Donne-nous signe de vie
Beaucoup plus tard au coin d’un bois
Dans la forêt de la mémoire
Surgis soudain
Tends-nous la main
Et sauve-nous.

Extrait de Jacques Prévert, Paroles, Paris, Gallimard, 1946.